EN CHANTIER


ARCHITECTURE


EXPERIMENTATIONS


ECRITS


ATELIER










atelier actm
36 rue parmentier - 38000 grenoble
09 83 50 59 60 -  atelier@actm.archi
Mark

bermuda - auto-construction comprendre où l’on vit

chantier hiver 2018 > automne 2020

lieu
: Sergy (01)

équipe bermuda : Maxime Bondu, Kyrill Charbonnel, Mathilde Chénin, Baptiste Chénin, Guillaume Dronne, Émile Dumas, Julien Griffit, Gaël Grivet, Jérémie Hanser, Donovan Le Coadou, Bénédicte Le Pimpec, Jean-Michel Leroy, Pierre Yves-Morizur, Tanguy Muller, Aurélie Pétrel, Guillaume Robert, Jérémie Robert, Léo Schweiger, Pierre Szczepski, Annabelle Voisin…

maîtrise d’oeuvre : actm, secoba, cena

équipe : Adrien Cuny, Thomas Mouillon, Didier Humbert, Jean-Yves Chazeau, Guillaume Masson, Guillaume Vissentin

entreprises : seca, cifc, abribois, philibert, astéoélec


vers le projet

BERMUDA

Dès notre première rencontre, Maxime et Gaël nous ont expliqué qu’ils tenaient à construire eux-mêmes leurs ateliers. Si l’un des motifs était évidemment économique, la raison principale était qu’ils voulaient s’approprier le bâtiment en le réalisant.

Les choix de projet se sont orientés pour rendre cette demande possible. Plus qu’ailleurs, la construction a été pensée comme un enchainement de tâches, créant la dialectique qui a donné sa logique au bâtiment.

Nous avons mis en place une organisation qui permette au chantier d’être auto-construit sans que personne ne se sente en danger. La solution est venue d’un maçon qui a proposé d’inclure dans ces équipes des bénévoles de l’association qui travailleraient sous sa direction.

Nous avons procédé de cette manière pour le gros-œuvre, la charpente, les menuiseries et les installations techniques. Au fil de l’avancement du chantier, l’association a acquis de plus en plus de compétence, jusqu’à réaliser le second œuvre seule.

Les artistes qui portent le projet ont participé à la réalisation de tous les ouvrages. Ils ont suivi toutes les étapes du chantier et en connaissent aujourd’hui chaque détail. Ils ont pu observer ce que l’on ne voit jamais dans un bâtiment, les réseaux et les couches accumulées et occultés derrière les revêtements de finition.

Cette expérience leur a donner la possibilité de comprendre le lieu où ils vivent. Elle leur a permis de l’habiter bien avant qu’il ne soit livré. Le chantier est devenu un espace de rencontre et de partage. Il a permis à de nouvelles personnes de se greffer au projet, d’apporter leur énergie, leur savoir-faire et leurs envies, pour en faire un lieu de vie au sens le plus complexe du terme.

Mark